loader

Encyclopédie

La programmation hors-ligne des robots de soudage à l’arc : une solution d’avenir

Ecrit par Sylvain CATHEBRAS  |  alma

La programmation hors-ligne (PHL) des robots de soudage est une alternative avantageuse à la programmation par apprentissage. Un logiciel de PHL permet depuis un poste de travail déporté de programmer un robot à partir d'une scène virtuelle et avec des conditions de soudage qualifiées. Les pièces ou les assemblages à souder ainsi que les outillages sont importées de la CAO en 3D. Un simulateur permet de prendre en compte les paramètres du contrôleur et de simuler à l’écran les mouvements du robot. Ces outils permettent aux utilisateurs de créer les programmes robot dans les meilleures conditions. Le logiciel de PHL peut aussi servir à valider la conception d’un outillage ou à étudier l’implantation d’une cellule.

Intégrer la programmation hors-ligne est de plus en plus courant chez les industriels, PMI comprises, qui peuvent facilement mesurer les avantages de cette solution : maximisation de l’utilisation productive du robot de soudage grâce à la programmation en temps masqué, diminution du coût de la programmation, anticipation sur la programmation de la cellule et la validation de l’outillage, amélioration de la qualité de soudure, meilleures conditions de travail, sécurité accrue pour les opérateurs, possibilité de duplication des programmes sur des pièces similaires, etc. La souplesse offerte par la programmation hors-ligne est d’autant plus intéressante que les produits fabriqués sont variés, modulables ou soumis à de fréquentes adaptations.

Implanter avec succès la PHL dans une entreprise requiert tout de même certains préalables, cette approche ayant des répercussions sur l’ensemble du processus de conception et de fabrication. Ainsi, il est préférable d’intégrer la PHL dès l’initialisation du projet de robotisation et de la mettre en route conjointement avec la cellule robotisée. Il est important de se donner suffisamment de temps et de moyens humains pour intégrer le procédé robotisé et la PHL. Une formation approfondie des futurs utilisateurs du logiciel au système robotique est également à prévoir. Le facteur motivation n’est pas à négliger, ces utilisateurs devant le plus souvent s’approprier un outil totalement nouveau dont l’efficacité dépend de nombreux facteurs. L’accompagnement du fournisseur du logiciel pendant toute la phase de mise en route, en étroite collaboration avec les techniciens du constructeur ou de l’intégrateur robotique, est essentielle à la réussite du projet. Enfin, la calibration mécanique de la cellule robotique et la calibration logicielle (mise à jour de la cellule virtuelle par rapport à la cellule réelle) sont deux étapes particulièrement décisives pour la productivité de la PHL.

Si les temps comparés de programmation hors-ligne et de programmation par apprentissage varient selon le type et la complexité des pièces à souder, on peut toutefois estimer que la PHL est de deux à huit fois plus rapide que la programmation par apprentissage, et ce sans compter le temps gagné en n'immobilisant pas le robot. En outre, dans certaines conditions, le logiciel de PHL permet de réaliser des programmes sans aucune retouche dans l’atelier.